Paiement électronique en Algérie : le calendrier se précise

0
133

15:33  samedi 4 juillet 2015 | Par Tewfik Abdelbari |

paiement1Le paiement électronique sera généralisé, par étapes, d’ici la fin de l’année en cours, a appris TSA de source bancaire. Le ministre des Finances, Abderrahmane Benkhelfa, a reçu les dirigeants des banques, jeudi dernier. En sus du paiement par chèque, l’un des dossiers importants abordés lors de cette réunion concerne le calendrier de mise en place de ce moyen de paiement.

Air Algérie, Sonelgaz, Seal…

La première étape concerne les grands facturiers. À l’image de Sonelgaz, d’Air Algérie, de Seal… Ainsi, il sera possible, dès le mois de septembre prochain, de payer ses factures de gaz et d’électricité à distance, par internet. Il suffit pour cela d’être muni de sa carte bancaire. Autre avancée, Air Algérie va également généraliser, dès le mois de septembre, le paiement électronique (par carte) pour l’achat de billets d’avions. La mesure concerne essentiellement le secteur des services, selon notre source.

Selon une source proche du dossier, cette décision permettra également de minimiser le nombre de transactions en liquide. Tout comme pour le paiement par chèque, cette mesure réduira la masse cash en circulation, en dehors du circuit bancaire. En effet, l’argent passera désormais directement du compte du client au compte du prestataire de services.

Généralisation du paiement électronique à la fin 2015

La situation actuelle est due au retard dans l’élaboration des textes. Ces derniers sont désormais prêts. D’ici la fin de l’année 2015, le paiement électronique sera généralisé en Algérie, affirme notre source. L’on assistera à un essor du paiement par carte, prédit notre interlocuteur, pour peu que les commerçants se dotent de plateformes de paiement électronique.

Sécurisation et traçabilité optimales

Interrogé sur la sécurité de ce moyen de paiement, notre source indique que les cartes sont dotées de technologie à puces, dont le contenu est crypté. Le système qui gère les transactions est également sécurisé : « ni plus, ni moins que dans les pays (…) développés ».

Selon notre source, il n’y a pas d’inquiétudes particulières à avoir, bien que des cas isolés de fraude sont possibles (moins de 1%), « comme partout ailleurs », précise-t-elle. Dans le même temps, cela améliore la traçabilité des transactions et permet d’éviter les opérations douteuses (blanchiment d’argent, etc.)

COMMENTAIRES

Paradoxalement, vous avez décroché des diplômes pour l’aboyer aux algériens comme si vous êtes le seul à en avoir et cela vous donne le droit de raconter des âneries. Décidément, tous les moyens sont bons pour faire perdurer la culture du mensonge et de la désinformation.

Vous n’avez pas honte de parler de débat à ce sujet alors que nos voisins marocains et tunisiens ont, au moins,  une décennie d’avance sur nous.

De quoi voulez-vous débattre ? Les règles régissant l’industrie bancaire sont presque universelles et au lieu, si vous avez vraiment les connaissances nécessaires, de retrousser vos manches à la rédaction et à la mise en place de la loi encadrant ce domaine, vous ramenez ce beau projet (insuffisant) à votre petite personne et à vos diplômes qui, j’ai l’impression, ne vous servent à rien.

A votre place, je me ferais petit et je me mettrai au travail quand on sait que ce projet est réalisé et piloté par des étrangers. L’argent que voulez gaspiller dans des débats stériles, sachez que vous ne l’aurez pas éternellement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here